En passant :  La pierre se nourrit du vivant. En témoignent les tombes.  Soulignac
Vous êtes ici :   Accueil » Pierre Gripari
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Librairie fermée
librairie1.gif
LIBRAIRIE EN LIGNE
DE FORNAX
Suite à un grave
dysfonctionnement dans la gestion des commandes, la librairie est fermée jusqu'à nouvel ordre.
Catalogue général
Typo et alentours
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
100 Abonnés
Calendrier
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.fornax.fr/data/fr-articles.xml


Mon conte de la Folie-Méricourt


À l’adolescence, il n’est pas rare d’avoir de ces passions irrépressibles dont l’assouvissement représente l’une des principales raisons de vivre. Elles disparaissent ensuite, ou leur intensité s’estompe. L’une des miennes – avouable s’il en est – était la lecture, principalement celle de la littérature d’évasion considérée alors comme sous-littérature) : le policier, la science-fiction et surtout le fantastique. Pour assouvir ma fringale, je n’hésitais pas à acheter des livres à tour de bras, des neufs, peu (question de bourse), et des livres d’occasion chinés à droite et à gauche sur les quais, dans les brocantes ou les bouquineries. Mais une passion est une passion et, tel le Chick de l’Écume des jours, je fréquentais aussi ces lieux de perdition qu’étaient les séances de dédicaces chez les librairies spécialisées. C’est ainsi que je découvris la littérature de Pierre Gripari et l’homme souvent drôle qui la dédicaçait. Il n’était pas encore l’auteur pour la jeunesse reconnu qu’il devint par la suite. D’années en années et de séance de dédicace en séance de dédicace, je passais imperceptiblement du statut d’aficionado anonyme à celui de connaissance avec qui on bavarde pendant quelques instants en y prenant un réel plaisir.
Quand je devins petit éditeur artisan, j’ai eu tout naturellement envie de demander un petit texte à Gripari pour mon nouveau bébé. Je m’en ouvris à lui dans une lettre dont je n’ai pas gardé l’exacte teneur (j’expliquais sûrement le pourquoi du nom des éditions) et qui contenait deux des premiers livres du Fourneau : le Calembour d’Agénor Fenouillard et un texte de moi, La Page de sable (un de mes rares textes de jeunesse que je ne renie pas encore). Il eut la gentillesse d’y répondre et de me fixer un rendez-vous dans la réponse :




Cette proposition de visite était une joie pour moi et pour rien au monde je ne l’aurais manquée. Le jour dit, à l’heure dite précise (ce qui représentait un effort surhumain tant mes horaires habituels étaient imprécis) je sonnais à la porte de Gripari. Quelques secondes passèrent, on fourgonnait derrièle la porte... qui s’ouvrit. Gripari était devant moi, avec un grand sourire... en maillot de corps et en slip.
Un léger moment de stupeur passa pendant lequel je me suis dit : « Espèce de crétin, tu t’es gourré, tu as une heure d’avance !... » puis j’entendis la voix de Gripari :
–Entre, entre ! J’ai travaillé toute la nuit, je ne suis pas en avance pour ma toilette.
Il me fit asseoir sur un canapé un peu fatigué pour me faire patienter et s’éclipsa. Il revint quelques instants plus tard, toujours souriant, et vint s’asseoir près de moi. Habillé. Je ne savais trop que dire. Il parla. Il me raconta surtout ses phantasmes qu’il serait saugrenu de dévoiler ici mais dont j’avais à craindre d’en faire partie. Moi qui, à l’époque, ne rêvait que de jeunes filles errabundes et néphélibates, à l’albe carnation et au regard smaragdin, pour lui, c’était raté. J’essayais délicatement de le lui faire comprendre. Comme il était très intelligent, et correct, il comprit vite et n’insista pas. Il était l’heure d’aller déjeuner, nous descendîmes au petit restaurant juste en bas de son immeuble. C’était sa cantine, tout le monde le connaissait. Nous discutâmes surtout littérature. Un peu politique mais nos opinions diamétralement opposées étaient inconciliables. Nous revinmes à la littérature mais je n’osais plus lui demander un texte.
Voilà comment les Éditions du Fourneau n’ont jamais publié Pierre Gripari.
À la fin, au moment de payer le repas, il m’invita. Et chacun partit vers sa destinée, lui vers la sienne, moi vers la mienne. Il remonta chez lui, je descendis dans le métro.



Trois ans plus tard, je recevais par la Poste un exemplaire des Chants du nomade. Le sonnet sur les Fourneaux s’y trouvait en bonne place et m’avait été dédié. Là je me dis que je n’avais peut-être pas eu tort d’imaginer une troisième raison dans le choix de mon nom d’éditeur.

Christian Laucou
octobre 2006



Date de création : 03/10/2006 @ 23:14
Dernière modification : 18/07/2011 @ 19:22
Catégorie : - Rencontres
Page lue 9965 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Le livre de la semaine

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 450 exemplaires.
16 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Les livres de la semaine
Les petits derniers...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Visites

 1636252 visiteurs

 42 visiteurs en ligne

Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France