En passant :  La pierre se nourrit du vivant. En témoignent les tombes.  Soulignac
Vous êtes ici :   Accueil » Blog Fornax (& archives) » Bibliophilie
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Les petits derniers...

Alexandre de Tours
& Charles d'Écoman
Typotes XIXe siècle

frnx-275-mini.gif

156 pages,
format 15,2 x 22,8 cm.
Impression numérique.
15 €

 __________

Collectif
Typos XIXe siècle

frnx-276-mini.gif

352 pages,
format 15,2 x 22,8 cm.
Impression numérique.
24 €

 __________

CLS
Heu...
serait-il permis

frnx-277-mini.gif

16 pages,
format 10,5 x 7,4 cm.
100 exemplaires.
Gratuit

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Nouveautés du site

Sablés imprimés

CLS-sable.gif

Casses

Chapitre 4
Casse de la Commission

Le livre commenté

Baron Bulto
Carnet de Stresa

four-117.jpg

44 p., format 11 x 16 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 250 exemplaires.
15 €
en voie d'épuisement

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Catalogue général
Les livres commentés
Typo et alentours
Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Visites

 5698844 visiteurs

 21 visiteurs en ligne

Calendrier
Blog Fornax (& archives) - Bibliophilie

Bibliophilie

Paresse  -  par cls

Scorpion

On ne trouve pas que des polars aux Éditions du Scorpion. On y trouve aussi des manuels de philosophie tels que ces Palabres de Léo Campion dans lesquelles peut se lire ce petit bijou dans la lignée de celui de Paul Lafargue :

Palabres

Le travail est le fardeau des classes qui boivent.
Oscar Wilde.

Éloge de la paresse
(Le docteur Kloppe et le docteur Klette)

– Quel est ce cru, mon bon Maître ?

– Du Cita Vecchia. C'est un vin qui ne travaille pas ; il est Corse...

Of course. Et on ne peut pas lui donner tort.

– C'est cette vieille ganache de Thiers qui fut le champion du Droit au Travail. Au travail des autres, naturellement.

– Heureusement il est mort.

– Pourquoi heureusement ?

– Parce que quand on est mort je suppose qu'on se moque d'être traité de ganache.

– Qu'en savez-vous ?

– Excusez-moi. Je demanderai à ma veuve. Mais pour en revenir à feu Monsieur Thiers...

– Mon petit Kloppe, je me moque du Thiers comme du quart, mais le Travail me fait mal aux seins. A l'opposé, je revendique le Droit à la Paresse. Car le travail est formellement antibiologique ; il débilite le corps et abrutit l'esprit. Alors que le Loisir est Sain et que la Paresse est Noble. L'Oisiveté n'est-elle pas la mère de tous les Arts ? Comparer l'homme libre qu'est l'artiste aux esclaves que sont l'ouvrier, le paysan, le militaire ; c'est comparer le pur sang au cheval de labour ; la fleur des champs à la fleur artificielle ; le sauvage flânant, nu, paisible et souple, sur les plages polynésiennes, aux troupeaux de citadins agglutinés, souffreteux et grégaires, entassés dans les grandes villes... Moi qui vous parle, Kloppe, je porte la barbe pour n'avoir pas à me raser, ma calvitie m'évite de me peigner, je n'aime pas la montagne parce que ça monte, je ne sais pas enfoncer un clou, ni conduire une automobile, ni laver une assiette, ni coudre un bouton, ni ouvrir un parapluie, ni cuire un œuf, ni cirer une chaussure...

– Vous êtes un pur esprit, mon bon maître. Une âme saine dans un corps sain...

– Oui. Je suis bon nageur (la natation est un sport horizontal), j'adore le vélocipède (en roue libre), l'aéroplane (en vol plané), l'escalier mécanique, la lecture, le farniente, la sieste, et j'ai besoin de beaucoup de sommeil. C'est si bon de dormir...

– J'admire vos mains blanches, mon bon maître. De vraies mains de fainéant !...

– Vous pensez bien que je n'ai pas une mentalité à m'abîmer les mains. Le maximum de mon activité manuelle, indépendamment de mon appartenance à l'Ordre du Taste-fesses, consiste à déboucher des bouteilles. Mais le jeu en vaut la chandelle...

– Il faut bien se désaltérer... Quand un travail devient un plaisir, ou le procure, ce n'est plus un travail...

– Alors que le travail, quand il demeure un travail, c'est-à-dire une activité à laquelle on se livre à contre-cœur, le travail en ce cas est une malédiction, parce qu'il ennuie l'homme. Or l'homme n'est pas fait pour s'ennuyer ; il est fait pour jouir.

– Et la femme, mon bon maître ?

– La femme aussi. Et plutôt deux fois qu'une.

– C'est l'avis de Framboisine, mon épouse. Framboisine est d'ailleurs une femme supérieure. Elle est tellement de votre avis que nous faisons l'amour à la paresseuse... Et cela me fatigue...

– C'est sans importance si cela vous amuse. Bonne fatigue, mon cher Kloppe : « Paressons en toutes choses, hormis en aimant et en buvant, hormis en paressant »...

– C'est de vous ?

– Non, c'est de Gotthold Ephraïm Lessing

– C'est bien quand même. Il faudra que j'en prenne note. Pour Framboisine... Je vous disais, mon bon maître, qu'elle est une femme supérieure. J'en ai quotidiennement tant de preuves et en suis tellement convaincu que j'en arrive à me demander si cela ne me donne pas un complexe d'infériorité ?

– Mon petit Kloppe, je vous connais bien et depuis longtemps, aussi puis-je vous rassurer de façon catégorique : Vous n'avez pas de complexe d'infériorité, vous êtes inférieur.

– Vous croyez ?

– J'en suis certain.

– Eh bien j'aime mieux cela...

– Il faut savoir se contenter de peu.

– J'admire votre sérénité, mon bon maître, comme la sûreté et la précision de votre jugement. Votre génie n'a d'égal que votre modestie.

– C'est parfaitement exact. Vous êtes inférieur, mais pas idiot. Et en confirmation de votre affirmation, je peux vous le confier : les autres génies que j'ai rencontrés – et quand il y en a deux ou trois par siècle, ce n'est déjà pas mal – eh bien les autres génies que j'ai rencontrés étaient prétentieux...

– C'étaient par conséquent des génies incomplets.

– Soyons indulgents, Kloppe, même les génies ont leurs petites faiblesses... Sinon ce seraient des monstres...

– A ce propos, mon bon maître, vous fumez toujours ?

– Non, jamais.

– J'espère alors que la fumée ne vous dérange pas ?

– Si, toujours.

Publié le 06/06/2009 @ 23:55   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Réaction n°1  -  par Le_Tenancier

le 07/06/2009 @ 14:35

Ouiche, Léo Campion, ce fameux auteur né à Digitigrad. J'espère qu'on aura l'occasion d'en lire encore ici !
Rubriques

Déplier Fermer Tératologie livresque

Déplier Fermer Typo rurale

Déplier Fermer Typo des rues

Déplier Fermer Typo des bois

Déplier Fermer Proverbes

Déplier Fermer Pratique éditoriale

Déplier Fermer Pratique typographique

Déplier Fermer Post-concours

Déplier Fermer Nouvelles internes

Déplier Fermer Nouvelles externes

Déplier Fermer Mes maîtres

Déplier Fermer Lieux de convivialité

Déplier Fermer La photo du jour...

Déplier Fermer Contes et nouvelles

Déplier Fermer Concours

Déplier Fermer Bibliophilie

Déplier Fermer Art

Déplier Fermer Amis

Déplier Fermer Alphabet

Derniers billets
30/03/2021 @ 14:55
Conférencier !... ...
21/02/2021 @ 13:17
Enseigne ...
10/02/2021 @ 16:44
Belles phrases [19] ...
07/01/2021 @ 12:59
2021... ouf ! ...
28/11/2020 @ 12:26
Du nouveau... enfin ! ...
Derniers commentaires
Archives
03-2021 Avril 2021 05-2021
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France