En passant :   Dans les grandes villes, on voit toujours des gens allumés, même quand les réverbères sont éteints.   Soulignac
Vous êtes ici :   Accueil » Blog Fornax (& archives) » Lieux de convivialité
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Librairie fermée
librairie1.gif
LIBRAIRIE EN LIGNE
DE FORNAX
Suite à un grave
dysfonctionnement dans la gestion des commandes, la librairie est fermée jusqu'à nouvel ordre.
Le livre de la semaine

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 450 exemplaires.
16 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

Catalogue général
Les livres de la semaine
Typo et alentours
Les petits derniers...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Gratuit


Quelques pages de ce site à visiter pour se divertir ou se « cultiver » :

Cartes de vœux

Poésie alimentaire

Couples singuliers

Les Hirondelles
de Bannes

Laucou à la radio


... pour ceux qui auraient la flemme de chercher.

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
100 Abonnés
Visites

 1217379 visiteurs

 58 visiteurs en ligne

Calendrier
Blog Fornax (& archives) - Lieux de convivialité

Lieux de convivialité

Boulevard Merklen  -  par cls

Boucherie

En 2005, le 3 mars, une petite visite à Pleurs (51230) en manière de pèlerinage, donna naissance à une photo et un texte parus dans les Couples singuliers :

 
Maison de Lucifugus Merklen

Rue de la Libération, Pleurs (Marne)
.
Difficile de croire, en observant cette maison typique du sud marnais, bien propre sur elle, presque bourgeoise, qu’on a sous les yeux ce qui était, voici vingt ans, la Boucherie humaine, lieu de vie et éclat de rire cynique de l’ami Lucifugus Merklen, artiste, facteur de pièges à humains. Où est la guillotine au mur de la ruelle des Têtes tranchées, redevenue ruelle des Tranchées ? Où est la tête d’homme de la boucherie sur le pan coupé de la maison alors nommé boulevard Merklen ?


Une farfouille dans les dossiers poussiéreux d'un disque dur oublié nous ont fait retrouver la numérisation d'une diapositive des années 1980. Lucifugus à la fenêtre de sa Boucherie humaine, côté boulevard Merklen. On vous l'offre avant de la reperdre à nouveau. Et on se promet de tenter de retrouver toutes les photos de cette époque pour faire un petit papier sur l'ami Merklen dont la mémoire mérite bien ça.

Lucifugus Merklen
 

Publié le 17/10/2010 @ 20:09   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Réaction n°1  -  par mercureendirect le 25/11/2010 @ 16:04

J'y suis allé avec ma femme en décembre 1987 et elle avait épaté notre hôte en réussissant à retirer sa main de la machine dans laquelle il avait enfermé plein de pièces de monnaie qu'on était sensé pouvoir attraper à notre convenance. Evidemment, le mécanisme était prévu pour ne pas nous en laisser le temps et une pince devait enserrer le poignet avide avant qu'il n'ait eu le temps de ressortir de l'engin.
Ma femme ne fut pas prise au piège... et ne sortit pas non plus une quelconque pièce, mais l'exploit avait tout de même eu lieu !
Je me souviens aussi qu'il nous avait fallu descendre dans un sous-sol dans lequel il prétendait vivre toute la journée, à fabriquer ses inventions pour ne sortir que la nuit...

Réaction n°2  -  par cls

le 25/11/2010 @ 21:04

Votre épouse n'aurait pas pu retirer la pièce : elle était collée sur le mécanisme qui déclenchait l'emprisonnement du bras... C'est un bel exploit que d'avoir pu se dégager. Le gros bouton rouge, bien tentant n'était qu'un leurre C'est avec cette machine que j'ai vu pour la seule et unique fois (il y en eut sûrement d'autres, mais hors de ma présence) Luc perdre son impassibilité ou son sourire un peu cynique. Alors qu'il discutait avec moi, elle avait emprisonné le bras d'un petit garçon que sa mère ne surveillait pas. Luc s'est précipité alors pour désactiver le piège et libérer le gamin qui pleurait. Il dit alors quelque chose dans le genre : "Mes pièges sont prévus pour confronter deux esprits adultes, le mien et celui qui veut jouer avec eux. Les enfants ne sont pas de force." J'ai eu la confirmation à ce moment de ce que je supposais : malgré ses airs inquiétants, il avait le cœur tendre, il adorait les enfants.

Rubriques

Déplier Fermer Tératologie livresque

Déplier Fermer Typo rurale

Déplier Fermer Typo des rues

Déplier Fermer Typo des bois

Déplier Fermer Proverbes

Déplier Fermer Pratique éditoriale

Déplier Fermer Pratique typographique

Déplier Fermer Post-concours

Déplier Fermer Nouvelles internes

Déplier Fermer Nouvelles externes

Déplier Fermer Mes maîtres

Déplier Fermer Lieux de convivialité

Déplier Fermer La photo du jour...

Déplier Fermer Contes et nouvelles

Déplier Fermer Concours

Déplier Fermer Bibliophilie

Déplier Fermer Art

Déplier Fermer Alphabet

Derniers billets
14/03/2017 @ 12:24
Deux petits derniers... ...
06/03/2017 @ 10:02
Typo d'amour ...
12/02/2017 @ 11:41
Remise en état d'une casse ...
18/01/2017 @ 12:41
Quelques livres ...
Derniers commentaires
Archives
02-2017 Mars 2017 04-2017
L M M J V S D
    01 02 03 04 05
06 07 08 09 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Billets des amis


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, 51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil 75011 Paris – France