Sentence to think about :   Bébé qui hurle. Il fera de la politique. Il sait déjà attirer l'attention sur lui sans rien dire de compréhensible.   Soulignac
Last posts

Bibliotératologie

Chez les éditeurs [5]

Impressions

Le Nardigraphe

—♦—

L’atelier de CLS
(vidéos)

CLS-bois

General catalog
Typo and around
Calendar
rss This article is available in the standard RSS format for publication on your website :
http://fornax.fr/data/en-articles.xml

Bibliotératologie, 9
Amateurisme & maladresse

« Ça sert à quoi de faire les choses bien,
les gens ne font pas la différence. »
Voix de Garage à Fornax

VdG-Couv-1.jpg

Avoir la volonté de réaliser des livres est louable en soi. Avoir la volonté de les réaliser dans une technique traditionnelle comme la typographie au plomb, sachant que c’est plus long, plus difficile, plus hasardeux que les techniques contemporaines issues du numérique, c’est encore plus louable. Mais là où le bât blesse la vieille bête qui signe ces lignes, c’est quand cette volonté ne se double pas d'un minimum d’exigence. Exigence face à son propre travail ; exigence face à son futur lecteur.

Petite analyse sommaire d’un cadeau qui m’a été fait.

Aucune remarque au sujet du papier choisi pour la couverture. Les papiers imitation marbre ne font pas partie de mes choix esthétiques, je ne les ai jamais utilisés pour mon propre compte mais leur souple rigidité et la parfaite lisibilité de ce qu’on y a imprimé ici en font un type de papier tout-à-fait utilisable pour une couverture. Le choix d’une composition centrée est classique pour une couverture, mais quitte à verser dans le classicisme, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout et respecter l’échelle des corps traditionnelle pour une telle page, à savoir, en grandeur décroissante : le titre, le nom de l’auteur, le nom de l’éditeur. La vignette, qui est ici un pur décor et non pas la marque de l’éditeur-imprimeur comme aux temps héroïques de la savante typographie, semble être l’élément prépondérant de cette page de par sa position centrée et sa grosseur démesurée, effet renforcé par des marges de tête et de pied beaucoup trop étroites. À cet aspect peu engageant de prime abord, s’ajoute une impression baveuse et quelque peu de travers qui ne donne pas vraiment envie d’ouvrir l’opuscule. Ouvrons, toutefois.

VdG-Int-1.jpg

Pas de double blanche, pas de page de faux-titre, directement la page de titre qui est une reprise, imprimée en noir de la composition de couverture. Les blocs auteur-titre d’un côté et éditeur de l’autre ont été rapprochés produisant des marges un peu plus tolérables en tête et en pied. Une impression aussi baveuse que cette de la couverture, due à un manque patent de maîtrise de l’encrage. Le « i » final du nom du destinataire de la lettre aurait pu être changé (on suppose qu’il n’y en a pas qu’un seul dans la casse et que tous les autres ne sont pas aussi abîmés). Le choix de ce Garamond italique et romain, associé au Nicolas Cochin heurte autant les yeux que le non respect de l’échelle de corps. On a l’impression d’une résurrection, dans le monde typographique, de la bataille entre les anciens et les modernes, le champ de bataille étant la page. Allez, on tourne.

VdG-Int-2.jpg

On ne va pas répéter à chaque fois le manque de maîtrise de l’encrage, mais on peut, pour une première fois (on ne relèvera plus après), remarquer que les feuilles d’impression ont été empilées sans prendre la précaution d’interposer des macules entre chacune d’elles. La feuille du dessus est ainsi maculée par celle du dessous (chose visible au verso de la vignette de titre). L’empagement et la gestion du blanc tournant (page de droite) n’est pour le moins pas maîtrisé, le petit fond et le grand fond sont ridiculement trop étroits. Une vignette de style 18e siècle (fondue au 19e) pour décorer un texte milieu 20e, pourquoi pas ? Mais l’avalanche de vignettes qui vont s’étaler sans discernement dans les pages qui suivent, et cela jusqu’à la fin de l’ouvrage, donne un peu l’impression qu’on a affaire à une réflexion du type : « J’ai toutes ces vignettes, tous ces bandeaux, tous ces décors, il faut bien que je les utilise, pour qu’on sache que je les ai et pour rentabiliser mon investissement. » Ce qui ne procède pas du goût le plus sûr. Le Garamond possède toutes les ligatures utiles, et un certain nombre d’inutiles, pour faire joli. Pourquoi alors n’avoir pas mis le « double f » dans « efforts » ? On tourne.

VdG-Int-3.jpg

L’utilisation des vignettes est ridicule pour illustrer un texte grave où l’auteur dit sa souffrance physique. Les marges (voir en tête), aussi mal calculées soient-elles, ne sont pas respectées, mauvais repérage ou mauvaise imposition ? On glisse (sans tomber dans l’opprobre) sur les feuilles qui coupent la première ligne, pour arriver en fin de 3e ligne à un « Vi-[vre » qui rejette une syllabe muette, ce qu’il conviendrait d’éviter, quand on le peut. On tourne.

VdG-Int-4.jpg

Nous arrivons en pages centrales. Vraies doubles, donc pas de problèmes de positionnement entre elles. Mais que dire de la poignée de mains de 11 h 20 ? Guillemets anglo-saxons, c’est toléré bien qu’on aurait préféré nos bons vieux chevrons à nous. Une impression en biais qui se fout copieusement du registre. La couture au fil blanc, un peu curieuse – mais tant qu’elle lie les feuilles entre elles, rien à dire – ne concerne que l’intérieur de la brochure. La couverture est rapportée après, grâce à un collage sur la première et la dernière page, ce qui provoque une mauvaise ouverture de l’ouvrage au début et à la fin. Une meilleure solution aurait été de coudre tout ensemble, intérieur et couverture. La couture aurait été apparente mais, bien maîtrisée, elle aurait pu être un atout esthétique. Un petit remaniement du texte, page de droite, aurait pu sans grande difficulté, éliminer le « sère. » final qui constitue une authentique « ligne à la voleur », et ainsi donner un meilleur équilibre à la double page. On tourne.

VdG-Int-5.jpg

Presque rien à dire. Seulement une question : Pourquoi ne pas équilibrer les deux pages en leur donnant un nombre égal de lignes ? En 2e ligne, on aurait bien aimé voir un tiret dialogue (un moins dans l’argot typo) entre « plaisir » et « mais », en lieu et place de la division. On tourne.

VdG-Int-6.jpg

La vignette finale, plume et encrier, est la première à être pertinente et bien employée, dommage qu’elle ne soit pas bien encrée. L’expression ‘‘Contre St Beuve’’, même si la copie originale est écrite ainsi, aurait dû être typographiée « Contre Sainte-Beuve ». Là, on lit « saint Beuve ». En ce qui concerne la date, il aurait été préférable d’écrire : 5 mai 1958. On tourne.

VdG-Int-7.jpg

Les deux vignettes, inutiles et perturbantes, cassent complètement l’harmonie de la composition. On aurait souhaité un « u » bien ordinaire dans le « du » qui suit « l’imprimerie », à la place d’un « n » la tête en bas. Le MMXXII est une afféterie elle aussi inutile, tout comme le CC. « 2022 » et « 200 » auraient été des graphies bien plus élégantes. Le « N : » entretient une confusion. Il veut certainement dire : « numéro » que l’on abrège no. Ainsi écrit on peut penser avoir affaire à l’exemplaire N, qui suit l’exemplaire M et précède l’exemplaire O dans un marquage à base de lettres. On tourne une dernière fois.

VdG-Couv-4.jpg

Une composition en cul-de-lampe presque bien réalisée (le « s » de « printemps » sort un peu trop, ou le « e » de « l’image », pas assez, le « e » final de vie aurait gagné à ne pas être… final. Le corps du caractère est un peu gros pour le format de la brochure. L’encrage est déplorable ; certains caractères auraient dû être changés. La vignette, très lourde, attire trop l’œil. Enfin, il ne faut pas confondre un double s long avec un double f dans « suffit ». Oui, ouf ! Ça suffit.

Le nom que l’on se choisit pour exercer son art n’est jamais innocent. Je crains fort que celui choisi par l’éditeur de ce livre ne soit une voie sans issue.


Creation date : 24/06/2023 @ 12:57
Category : Typo and around - Biblioteratology
Page read 3919 times


Reactions to this article

Reaction #2 

by Fornax 25/03/2024 @ 11:30

Réponse pondérée, et qui se veut positive, à Vincent, l’auteur de la réaction ci-dessous, par l’auteur du billet.

Tout d’abord, je regrette que la publication de votre réaction soit si tardive. Ce site vieillissant est pourvu d’un système de modération qui interdit la publication de toute réaction sans le consentement du modérateur (moi, en l’occurrence)... et les réactions à mes billets sont si rares que je ne pense pas à interroger le site à leur sujet. Une erreur de ma part. Je n’empêche que la publication des publicités, pas celle des réactions, surtout quand elles sont négatives à mon sujet : j’essaie de favoriser un dialogue qui est toujours enrichissant quand les deux parties ne sont pas d'accord.

Ma réponse arrive sans doute trop tardivement pour que vous la lisiez. Tant pis pour moi. Vous voyez de l’aigreur (j'ai écrit quelque part que l’aigreur est humaine) dans mon billet là où je n’ai voulu mettre que de la tristesse et du dépit. Un billet que je n’aurais certainement pas écrit sans cette petite phrase que j’ai mise en exergue, et que vous avez prononcée alors que nous discutions « livre » dans mon atelier. J’avoue qu’elle m'a profondément choqué. Elle est la manifestation d’un profond mépris pour les personnes à qui vous vendez vos productions, doublé d’un mépris tout aussi profond pour votre travail puisque vous ne cherchez pas même à le perfectionner sachant qu’il est imparfait.

J’ai la même volonté que vous de faire des livres. Mais je me suis donné les moyens depuis cinquante ans, par respect des personnes à qui je propose mon travail, de le faire le mieux que je peux. Vous semblez, vous, le faire en dépit du bon sens et n’en avoir cure. C’est regrettable et cela m’attriste parce que les personnes de votre génération qui s’intéressent à cette vieille technique qu’est la typographie au plomb ne sont pas légion. J’aurais souhaité, vieillard stupide que je suis, que de plus jeunes générations continuent à produire de belles et bonnes choses à l’aide d'une technique vieille de plus de cinq cents ans qui a encore son mot à dire dans l’élaboration du livre en papier. Vous me donnez un parfait conte-exemple, hélas. J’espère seulement que vous êtes le seul de votre catégorie. Continuez à faire des livres. Cela ne me gêne en aucune façon. Je n’ai aucun désir, non plus les moyens de vous en empêcher. Seulement votre façon d’être me laisse à penser que vous mordez la main qui vous nourrit. J’espère pour vous que vous n’en subirez pas les conséquences.


Reaction #1 

by vincent 07/09/2023 @ 23:00

Merci pour cette belle critique. Vos propos sont justifiés, mais leur aigreur un peu moins, quoique ce soit bien mieux que de l'indifférence.  Rassurez vous, je ne suis pas prêt d'arrêter et je compte bien continuer de vous casser les pieds, Signor ultime typografo !


The last one...

George Auriol
Tuyau
sur l'ultime création
de M. Pullmann

frnx-284-mini.jpg

20 pages,
format 11,2 x 13 cm.
tirage à 100 exemplaires en typographie.
21 €

 __________

CLS
A pas feutrés

frnx-281-mini.jpg

Un volumen,
79 cm de long, 17,5 cm de haut.
tirage à 10 exemplaires en linogravure.
250 €

 __________

Marie-Rose de France
Dits

frnx-283-mini.jpg

26 petits textes en proses poétique. Vignettes de CLS.
tirage à 120 exemplaires en typographie au plomb.
60 €

 __________

Pierre Pinelli
Molitor

frnx-280-mini.jpg

24 pages,
format 15 x 20 cm.
tirage à 100 exemplaires en typographie au plomb.
60 €

The gloss book

Marie-Rose de France
Dits

frnx-283-mini.jpg

36 p., format 10 x 14 cm.
composé et imprimé en
typographie au plomb
Tirage à 120 exemplaires.
60 €

(cliquer sur l'image
pour en savoir plus)

The gloss books
Free


Some pages of this site:

Greetings cards

Food poetry

Singular pairs

Swallows of Bannes

Laucou at the radio


... for those who are too lazy to seek.

Visits

 9790891 visitors

 120 visitors online

Fornax éditeur – 18, route de Coizard, F51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil F75011 Paris – France