Sentence to think about :  L'Homme n'est tolérable que lorsqu'il crève de faim. Sa cruauté, son égoïsme sont alors justifiables.  Soulignac
You are here :   Welcome » Fornax Blog (& archives) » Editorial practice
 
Preview  Print...  Print this page...
Preview  Print...  Print this section...
Closed bookshop
librairie.gif
FORNAX
BOOKSHOP
Following a severe
dysfunction in the order processing, the bookshop is closed until further notice.
Book of the week

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
letterpress composed
and handmade printed.
450 copies.
16 €

(click on pict
for more)

General catalog
Books of the week
Typo and around
The last one...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Free


Some pages of this site:

Greetings cards

Food poetry

Singular pairs

The Swallows of Bannes

Laucou at the radio


... for those who are too lazy to seek.

Newsletter
To receive news about this website, consider subscribing to our Newsletter.
Captcha reload
copy the code :
100 Subscribers
Visits

 1281209 visitors

 54 visitors online

Calendar
Fornax Blog (& archives) - Editorial practice

Editorial practice

Espèce d'espèces  -  by cls

 Mark royal, Franc ou Euro...

Comme sur bon nombre de sites où l'Internaute peut intervenir, une modération est établie sur ce site pour éviter les messages non souhaitables. Cette modération a empêché que le message suivant ne s'affiche au moment de son écriture. Je viens de le retrouver, il commentait l'annonce de la sortie de Comme il faut.
 
 
Le livre et l'argent du livre
« Combien de livres de poche peut-on acheter avec 240 euros ? » vous demandera le béotien... Mais un béotien qui préfère les livres que l'on lit aux livres que l'on regarde ou que l'on montre est-il vraiment un béotien ?
 
Blind_Horse


Que répondre à notre anonyme cheval de retour qui semble porter des œillères malgré sa cécité. Qu'il a raison, sans nul doute, de trouver excessif ce prix. Pour répondre à sa question, ce prix correspond, au tarif des années 1960 où je lisais des livres de poche à profusion, à celui d'environ 780 titres volume simple (entre 200 et 220 pages) ou à celui d'environ 445 titres volume double (environ 350 pages).
A mon tour de lui poser quelques questions.

– Combien de 106 Peugeot peut-on s'acheter avec le prix d'achat d'une Rolls-Royce ? ou de Fiat 500 avec celui d'une Maserati ?
– Combien de boîtes d'œufs de lump peut-on s'acheter avec le prix d'un kilo de caviar Beluga ?
– Combien d'anneaux en matière plastique dorée peut-on s'acheter avec le prix d'une alliance Van Cleef & Arpels ornée d'un diamant de 5 carats ?
– Combien de tableaux de peintres de la place du Tertre peut-on s'acheter avec le prix d'une toile de Van Gogh ?
– Combien de jupes et de T-shirts Tati peut-on s'acheter avec le prix d'une robe Pierre Cardin ?
– Combien de litres de Gévéor peut-on s'acheter avec le prix d'une bouteille de grand cru Saint-Émilion Cheval Blanc ?


Je n'aime pas les voitures, ni le caviar, ni les bijoux, ni les vêtements chics et je ne bois que très rarement. Je suis donc un béotien qui n'est pas un béotien, d'après votre définition. J'en suis bien heureux, merci. Mais je comprends toutefois qu'on puisse apprécier toutes ces choses, chères il est vrai, parce que leur prix résulte de leur rareté et aussi du temps passé, des connaissances, du talent de ceux qui les ont réalisées.
Le livre le plus cher que j'ai conçu vaut 1500 euros pour 50 exemplaires. J'ai mis cinq années à le réaliser, soit environ 10 000 heures. En vendant tous les exemplaires au prix fort (je ne les ai bien sûr pas tous vendus et j'en ai vendu à des libraires à qui je fais une remise d'un tiers), je gagnerais 7,50 euros de l'heure. Le SMIC, en janvier dernier, était à 8,70 euros.

Dernière question : quel prix accepterait de mettre un amateur pour acquérir le Livre de Poche ci-dessous, le premier livre de poche français dans son premier tirage ? (De ma collection personnelle.)


Koenigsmark

Published on 02/12/2009 @ 19:42   All the posts   Preview   Print...   Top


Comments

Reaction #1  -  by Blind_Horse

06/12/2009 @ 22:52

Une dame, non de Haute-Savoie mais de Saône-et-Loire, se refuse à montrer à ses amis l'exemplaire de Ginkgo dont elle a fait naguère l'acquisition. De crainte qu'ils ne soient tentés d'y porter la main et concomitamment de le souiller. Il y a, de même, des gens qui enferment leurs toiles de maître dans des coffres et conservent sans les boire leurs précieux flacons de château d'Yquem ou de Romanée-Conti... Des gens qui ignorent le sens du verbe partager ou de l'adverbe ensemble.
Il me paraît un peu triste qu'on puisse acheter un "beau livre" pour "faire un placement". Ce qui, eu égard au prix des ouvrages pour bibliophiles, doit être le cas la plupart du temps. On peut le déplorer. Cela ne remet pas en cause la beauté de l'objet, ni le talent de celui qui l'a réalisé avec amour.

Reaction #2  -  by Hikikomori89 11/12/2009 @ 14:30

Bonjour. Alors là, la question du "livre placement". Cela peut être les deux, très cher, c'est mon cas... Je n'en suis pas moins un bibliophile complètement fêlé, cela ne m'empêche pas de savoir que de bons livres prendront toujours de la valeur, et qu'en cas de coup dur...

Autre chose : le Koenigsmark, moi je le veux bien. Pas à 240 Euros, mais une somme rondelette, sûrement.

Et pour finir de répondre au béotien : je suis agrégé de lettres modernes, j'ai longtemps ignoré les livres en tant qu'objet, tout au plus m'étais-je acheté le livre sur lequel j'avais fait ma maîtrise en édition originale sur grand papier. Touché par le virus de la bibliophilie assez soudainement, en 2005, je lis toujours autant, cher béotien. Simplement, quand j'achète une originale de Huysmans, relié par Kieffer, j'achète aussi le roman en poche, si pas lu auparavant. Oui, les beaux livres se lisent peu ou avec d'infinies précautions, surtout pôur moi qui collectionne les illustrés modernes non reliés, bien trop fragiles. Mais n'empêchent pas de rester lecteur.

Reaction #3  -  by Blind_Horse

14/12/2009 @ 08:46

"La vraie parole laisse souvent muet." Plutôt que de poursuivre un dialogue de sourds, je retourne au "lecteur peu commun", de George Steiner. En braille et en édition de poche, naturellement.

Categories

Unfold Close Undergrowth typography

Unfold Close Typographical practice

Unfold Close The picture of the day...

Unfold Close Tales ans short stories

Unfold Close Streets typography

Unfold Close Rural typo

Unfold Close Proverbs

Unfold Close Post-competition

Unfold Close Places of conviviality

Unfold Close My masters

Unfold Close Internal news

Unfold Close Friends

Unfold Close External news

Unfold Close Editorial practice

Unfold Close Competition

Unfold Close Bookish teratology

Unfold Close Book-collecting

Unfold Close Art

Unfold Close Alphabet

last posts
22/04/2017 @ 17:46
Coffin ...
07/04/2017 @ 20:22
Rebus ...
03/04/2017 @ 10:40
Once upon a time... ...
14/03/2017 @ 12:24
Two last books... ...
06/03/2017 @ 10:02
Love typo ...
Last comments
Archives
03-2017 April 2017 05-2017
S M T W T F S
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
Friends' posts


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, F51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil F75011 Paris – France