Sentence to think about :  Toute une vie à raconter des conneries pour oublier le temps.  Soulignac
You are here :   Welcome » Fornax Blog (& archives) » Typographical practice
 
Preview  Print...  Print this page...
Preview  Print...  Print this section...
Closed bookshop
librairie.gif
FORNAX
BOOKSHOP
Following a severe
dysfunction in the order processing, the bookshop is closed until further notice.
Book of the week

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
letterpress composed
and handmade printed.
450 copies.
16 €

(click on pict
for more)

General catalog
Books of the week
Typo and around
The last one...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Free


Some pages of this site:

Greetings cards

Food poetry

Singular pairs

The Swallows of Bannes

Laucou at the radio


... for those who are too lazy to seek.

Newsletter
To receive news about this website, consider subscribing to our Newsletter.
Captcha reload
copy the code :
100 Subscribers
Visits

 1757480 visitors

 43 visitors online

Calendar
Fornax Blog (& archives) - Typographical practice

Typographical practice

Apostrophe  -  by cls

 
Apostrophe

Quand mon ordurateur n’est pas en panne et que j’ai le temps de l’allumer, il m’arrive de recevoir du courrier électronique. Un de ces récents courriers est à l’origine de ce billet:

J’ai acheté votre excellent petit livre « La typographie cent règles ». J'aimerais avoir des éclaircissements sur l’apostrophe. Je lis parfois qu’il existe une apostrophe droite (anglaise) et une apostrophe courbe (française). J’aimerais savoir si cette différence visuelle dans la forme du caractère est présente depuis toujours et propre à chaque langue. J’ai du mal à comprendre que les typographes anglophones ont tous été d’accord pour dessiner une forme droite et ceux issus de la langue française lui préfèrent une forme courbée. La forme d’un caractère ne dépend pas uniquement de la valeur esthétique ? Pouvez-vous m'éclairer sur le sujet ? Un grand merci.
Morgan

Tout d’abord : merci Morgan pour vos compliments, mais je ne saurais en accepter que 50 %. Les autres 50 % iront au grand, à l’incomparable Patrick Boman qui cosigna cet ouvrage avec moi.

La typographie cent règles

autopub : La typographie cent règles, Patrick Boman & Christian Laucou,
illustrations de Pascal Jousselin (mâtin ! quel cadeau)
Angers, Le Polygraphe, 7 €

Donc, il s’agit de l’apostrophe. Je suis loin d’être un incontestable spécialiste de l’histoire de la typographie mais je pense pouvoir me dépatouiller de cette question sans dire trop de bêtises.

Pas plus que nous autres, continentaux papiste, nos amis les Godons et leurs succédanés des îles Amériques n’ont utilisé autre chose pour fabriquer de la belle et bonne typographie que l’apostrophe courbe qui ressemble à la virgule envolée imitée du signe d’élision des Grecs. Elle fut importée chez nous par Geoffroy Tory1; j’ignore, ma foi, par qui elle fut importée chez nos insulaires.
Je vais citer à la barre des témoins, cette page du grand John Baskerville2 que j’ai, hélas, piquée sur Internet3 (parce que je n’ai pas réussi à retrouver les deux ouvrages sortis de ses presses qui sont dans ma bibliothèque encore en cartons), page tirée de l’ouvrage de William Congreve, The Works (Birmingham, 1761).
 
typographie de John Baskerville

On pourra au passage noter la grande élégance de la composition italique ainsi que celle de l’empagement et la perfection de l’impression. Au passage encore, sans s’arrêter, on appréciera :
– l’abréviation de mister en Mr. (avec point);
– l’emploi du s long dans les mots ;
– les ligatures comme le ct ;
– l’usage de conventions d’espacement de la ponctuations qui correspondent grosso modo à celles de la typographie française contemporaine alors que son homologue anglo-saxonne de maintenant colle presque tout au mot qui précède.

Mais poursuivons, poursuivons donc, et grossissons, pour mieux voir, un gros fragment de cette typographie.

 
typographie de John Baskerville
 
Les apostrophes, on le voit – elles sont assez nombreuses – étalent avec une impudeur gracile leurs silhouettes incurvées. Nous avons bien là la preuve que Grands-Bretons et Françoys incurvent de même manière.
Mais alors pourquoi diantre avoir imaginé l’apostrophe droite (vulgairement dénommée, avec mépris et torsion dédaigneuse de la lippe, chiure de mouche ou massue) ? Le mécanisme, uniquement le mécanisme. L’humain, friand à toutes époques d’inventions ou de gadgets nouveaux plus ou moins utiles, finit par inventer, dans un XIXe siècle finissant, la machine à écrire car la plume d’oie trempée dans un substrat ferro-gallique était considérée comme d’un rétrograde achevé pour confier sa prose au papier. Cette machine, ces machines plutôt, dans la diversité des avatars, modèles, versions, déclinaisons ou variations, avaient toutes un point commun : elles se devaient de trouver des solutions économes en nombre de lettres chiffres et signes. Il fallait restreindre, réduire, rogner pour que la machine ne devienne pas un monstre ingouvernable. C’est ainsi que naquirent les alphabets à chasse unique (le « i » aussi large que le « m »). C’est ainsi que la belle apostrophe courbe se verticalisa. Elle pouvait ainsi servir non seulement pour apostropher mais aussi comme guillemet simple ouvrant ET fermant, voire – quand il manquait au clavier – de point d’exclamation en l’associant, grâce à un habile retour en arrière, avec le point. Quatre utilisations pour une même touche, avouons avec admiration, ce n’est plus de l’économie, c’est de l’avarice. Le guillemet double redressé de même manière pouvait servir, lui, indifféremment d’ouvrant ou de fermant.
Avec la machine à écrire, nous n’étions plus dans l’écriture manuelle mais nous n’étions pas encore dans la typographie. Nous nous trouvions dans un lieu hybride et médian : la dactylographie qui inventa son esthétique propre, on vient de le voir, mais aussi ses règles propres, issues des règles typographiques, simplifiées et adaptées aux contraintes de la machine.
Le guillemet droit n’est pas un signe typographique mais un signe dactylographique. Il a été adopté tout naturellement par la typographie numérique contemporaine quand, du clavier de la machine à écrire mécanique on est passé au clavier de la machine à écrire électrique puis au clavier de l’ordinateur où il peut, fort légalement, être utilisé pour signifier les minutes d’angle (et le guillemet droit double, les secondes). Mais ce n’est plus alors un guillemet.

_____
1. Imprimeur français du XVIe siècle. On lui doit le premier traité français sur la lettre: Champ fleury, auquel est contenu lart et science de la deue et vraie proportion des lettres attiques, quon dit autrement lettres antiques, et vulgairement lettres romaines, proportionnees selon le corps et visage humain, Paris, Geofroy Tory et Gilles de Gourmont, 1529. Un certain nombre de fac-similés contemporains de ce livre, plus ou moins récents, ont vu le jour.
2. Imprimeur anglais du XVIIIe siècle plutôt perfectionniste, une des gloires de la typographie mondiale de tous les temps.
3.
On en pardonnera donc la mauvaise qualité d'image.
Published on 16/01/2010 @ 01:05   All the posts   Preview   Print...   Top


Comments

Reaction #1  -  by Le_Tenancier

20/01/2010 @ 00:10

Compliments pour cette brillante explication. Est-ce également à la dactylographie que nous devons ces guillemets dits anglais ? Il semble bien, si l'on prend en compte votre explication sur l'utilisation de l'apostrophe sur les machines ancienne...

Reaction #2  -  by cls

21/01/2010 @ 12:03

Of course, oui ! Apostrophe et guillemets ont été repassés et amidonnés afin d’être bien droits sur les touches de la machine à écrire.

Reaction #3  -  by ArD 23/01/2010 @ 16:38

Merci pour ce rappel contenant de précieux détails. Finalement, cette apostrophe dactylographique, dite anglaise dans votre précis de typo, aurait-elle été conservée par les Anglais pour son avantage multi-fonctions ? wink On comprend d'après ce billet que les Anglais ne seraient pas revenue typographiquement en arrière, puisqu'il en va de même pour leurs guillemets. Vous confirmez ?

Categories

Unfold Close Undergrowth typography

Unfold Close Typographical practice

Unfold Close The picture of the day...

Unfold Close Tales ans short stories

Unfold Close Streets typography

Unfold Close Rural typo

Unfold Close Proverbs

Unfold Close Post-competition

Unfold Close Places of conviviality

Unfold Close My masters

Unfold Close Internal news

Unfold Close Friends

Unfold Close External news

Unfold Close Editorial practice

Unfold Close Competition

Unfold Close Bookish teratology

Unfold Close Book-collecting

Unfold Close Art

Unfold Close Alphabet

last posts
06/05/2017 @ 11:51
A little bit of everything ...
22/04/2017 @ 17:46
Coffin ...
07/04/2017 @ 20:22
Rebus ...
03/04/2017 @ 10:40
Once upon a time... ...
Last comments
Archives
10-2017 November 2017 12-2017
S M T W T F S
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Friends' posts


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, F51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil F75011 Paris – France