Sentence to think about :   La mère verte est la femelle du pervers.   Soulignac
You are here :   Welcome » Fornax Blog (& archives) » Places of conviviality
 
Preview  Print...  Print this page...
Preview  Print...  Print this section...
Closed bookshop
librairie.gif
FORNAX
BOOKSHOP
Following a severe
dysfunction in the order processing, the bookshop is closed until further notice.
Book of the week

Maurice Fourré
Une Conquête

Article sur l'ouvrage.

28 pages, format 16 x 25 cm.
letterpress composed
and handmade printed.
450 copies.
16 €

(click on pict
for more)

General catalog
Books of the week
Typo and around
The last one...

Raymond Callemin
Lettre
à Arthur Mallet

frnx-259.jpg

8 pages, format 9,7 x 20 cm.
50 exemplaires.
45 €

 __________

CLS
Quasimodo
le simplet

Quasimodo

36 pages, format 14 x 14 cm.
100 exemplaires.
10 €

 __________

CLS
Un point
c'est tout

Un point c'est tout

36 pages, format 14,8 x 7 cm.
100 exemplaires.
5 €

(cliquer sur les images
pour en savoir plus)

Free


Some pages of this site:

Greetings cards

Food poetry

Singular pairs

The Swallows of Bannes

Laucou at the radio


... for those who are too lazy to seek.

Newsletter
To receive news about this website, consider subscribing to our Newsletter.
Captcha reload
copy the code :
100 Subscribers
Visits

 1496569 visitors

 89 visitors online

Calendar
Fornax Blog (& archives) - Places of conviviality

Places of conviviality

Boulevard Merklen  -  by cls

Boucherie

En 2005, le 3 mars, une petite visite à Pleurs (51230) en manière de pèlerinage, donna naissance à une photo et un texte parus dans les Couples singuliers :

 
Maison de Lucifugus Merklen

Rue de la Libération, Pleurs (Marne)
.
Difficile de croire, en observant cette maison typique du sud marnais, bien propre sur elle, presque bourgeoise, qu’on a sous les yeux ce qui était, voici vingt ans, la Boucherie humaine, lieu de vie et éclat de rire cynique de l’ami Lucifugus Merklen, artiste, facteur de pièges à humains. Où est la guillotine au mur de la ruelle des Têtes tranchées, redevenue ruelle des Tranchées ? Où est la tête d’homme de la boucherie sur le pan coupé de la maison alors nommé boulevard Merklen ?


Une farfouille dans les dossiers poussiéreux d'un disque dur oublié nous ont fait retrouver la numérisation d'une diapositive des années 1980. Lucifugus à la fenêtre de sa Boucherie humaine, côté boulevard Merklen. On vous l'offre avant de la reperdre à nouveau. Et on se promet de tenter de retrouver toutes les photos de cette époque pour faire un petit papier sur l'ami Merklen dont la mémoire mérite bien ça.

Lucifugus Merklen
 

Published on 17/10/2010 @ 20:09   All the posts   Preview   Print...   Top


Comments

Reaction #1  -  by mercureendirect 25/11/2010 @ 16:04

J'y suis allé avec ma femme en décembre 1987 et elle avait épaté notre hôte en réussissant à retirer sa main de la machine dans laquelle il avait enfermé plein de pièces de monnaie qu'on était sensé pouvoir attraper à notre convenance. Evidemment, le mécanisme était prévu pour ne pas nous en laisser le temps et une pince devait enserrer le poignet avide avant qu'il n'ait eu le temps de ressortir de l'engin.
Ma femme ne fut pas prise au piège... et ne sortit pas non plus une quelconque pièce, mais l'exploit avait tout de même eu lieu !
Je me souviens aussi qu'il nous avait fallu descendre dans un sous-sol dans lequel il prétendait vivre toute la journée, à fabriquer ses inventions pour ne sortir que la nuit...

Reaction #2  -  by cls

25/11/2010 @ 21:04

Votre épouse n'aurait pas pu retirer la pièce : elle était collée sur le mécanisme qui déclenchait l'emprisonnement du bras... C'est un bel exploit que d'avoir pu se dégager. Le gros bouton rouge, bien tentant n'était qu'un leurre C'est avec cette machine que j'ai vu pour la seule et unique fois (il y en eut sûrement d'autres, mais hors de ma présence) Luc perdre son impassibilité ou son sourire un peu cynique. Alors qu'il discutait avec moi, elle avait emprisonné le bras d'un petit garçon que sa mère ne surveillait pas. Luc s'est précipité alors pour désactiver le piège et libérer le gamin qui pleurait. Il dit alors quelque chose dans le genre : "Mes pièges sont prévus pour confronter deux esprits adultes, le mien et celui qui veut jouer avec eux. Les enfants ne sont pas de force." J'ai eu la confirmation à ce moment de ce que je supposais : malgré ses airs inquiétants, il avait le cœur tendre, il adorait les enfants.

Categories

Unfold Close Undergrowth typography

Unfold Close Typographical practice

Unfold Close The picture of the day...

Unfold Close Tales ans short stories

Unfold Close Streets typography

Unfold Close Rural typo

Unfold Close Proverbs

Unfold Close Post-competition

Unfold Close Places of conviviality

Unfold Close My masters

Unfold Close Internal news

Unfold Close Friends

Unfold Close External news

Unfold Close Editorial practice

Unfold Close Competition

Unfold Close Bookish teratology

Unfold Close Book-collecting

Unfold Close Art

Unfold Close Alphabet

last posts
06/05/2017 @ 11:51
A little bit of everything ...
22/04/2017 @ 17:46
Coffin ...
07/04/2017 @ 20:22
Rebus ...
03/04/2017 @ 10:40
Once upon a time... ...
Last comments
Archives
06-2017 July 2017 08-2017
S M T W T F S
            01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Friends' posts


Fornax éditeur – 18, route de Coizard, F51230 Bannes ––  37 bis, rue de Montreuil F75011 Paris – France